RENDEZ-VOUS A L’HOTEL DE VILLE DE PARIS


(de G à D : Michel HAYOUN président de l’ALCT, M. GUICHANE, prof physique-chimie, Marie-Germaine fille de M. COLAS prof de maths, M. SFEZ, prof de physique-chimie).

En effet, l’Association des Anciens du Lycée Carnot de Tunis a fêté ses 15 ans dans les prestigieux salons « Les Caryatides » à l’Hôtel de Ville de Paris, somptueusement ornés de fresques et toiles de maîtres, riches en sculptures féminines dorées à l’or florentin….
(Virginie et Philippe TAPIA ont présenté la soirée)
Pour cet anniversaire, les anciens de Carnot ont signé, une fois de plus, un pacte d’amitié entre les 3 communautés juive, musulmane et chrétienne, réunies en ce lieu chargé d’histoire ; histoire de la France qui nous a offert courtoisement et généreusement son bras pour ne pas chuter….
Sacrée Paris ! vous avez eu beau nous faire grandir durant ces années, nous sommes restés inlassablement des enfants de Tunis : Tunis khadra, Tunis Jasmin, Tunis T.G.M., Tunis chère à notre cœur, comme l’a chanté avec poésie, la noble dame de la chanson orientale, Esther Dalal, à l’image des lieux
somptueuse dans sa robe de taffetas rouge orangée , brillant de mille feux, digne des plus grands concerts du monde arabe.
Mais le spectacle n’était pas que sur la scène gigantesque où quelques personnalités ont fait de petits discours, dont le représentant de Monsieur le Maire de Paris et Baraoui Marzouk (ci-dessous) comédienne dans le film « La Graine et le Mulet »,film récompensé aux Césars 2008.
Monsieur Albert Memmi, grand écrivain et son Altesse, le Prince Fayçal Bey, petit fils du Bey de Tunis, nous ont honoré de leur présence…
(de gauche à droite Mona Ben Ghars, Albert Memmi, Effy Tselikas, Fayçal Bey, Virginie Tapia) sans oublier les fidèles qui ont fait le voyage de la Martinique, de Tunis, de Francfort, les anciens de Mutu pour nous rendre visite ….
Silence, on tourne ! quelques 300 figurants autour des protagonistes de la soirée, Lina Hayoun et Philippe Tapia, sont attablés autour d’une table ronde, richement dressée aux couleurs et saveurs de Tunis ; tous animés du même espoir, même fébrilité de retrouver un peu de leur jeunesse entre l’histoire d’une vie, le présent, le passé recomposé et le futur ; les dames rivalisent d’élégance et demeurent, pour la plupart d’entre elles, des créatures divines malgré le temps qui passe, les hommes, plus que jamais séduisants avec leurs tempes poivre et sel…..
Un chuchotement va crescendo de table en table : on ne voit plus rien de la scène au « désespoir » de ceux qui s’y tiennent … On rit bruyamment, on fait sonner le cristal où se balance l’élixir d’eau de vie, la boukha, tel un bateau ivre ; on échange de bons mots, des espoirs d’un avenir meilleur…. Je trace furtivement un cercle de mes yeux myopes pour essayer de revoir les miens : il me semble reconnaître quelques parents d’amis d’enfance ! Suis-je en plein délire ou sont-ce les misérables gouttes d’alcool offertes par mes chers Bernard et Michel, qui me montent à la tête ? Je suis décalée dans le temps… ce sont bien mes copains qui sont devenus les clones de leurs parents, comme moi, probablement ! Je suis un peu troublée mais heureuse de retrouver le passé après cette recherche du temps perdu.
On échange des souvenirs et des impressions sur le raout du jour, entre les timides qui resteront sur leur faim, perdus dans ce maelström d’acteurs, les intrépides, les extravertis et les plus sages…..
Malgré les apparences, ce n’est pas une soirée mondaine superficielle : c’est un rassemblement de nostalgiques qui affichent une délectation évidente à retrouver leur bande après tant d’années de sevrage et de privation ; des nostalgiques à un des moments-clés de la vie : l’intronisation à la Race des Seignors ».
Le décor change brutalement : nous ne sommes plus ces adultes « révérencieux » dans une effervescence culturelle conviviale ; sacro-sainte bonne éducation! nous ne pouvons plus tenir sur nos chaises ….
La caméra ne sait plus où donner de l’objectif et virevolte, ivre et indécise entre les « tourneurs de table » et le crépitement des flashs . les retrouvailles se font enfin émouvantes ou joyeuses sous le regard indifférent d’un couple de danseurs, évoluant sur la scène, inlassablement, avec en fond sonore, un tango argentin ; sommes-nous devenus nos parents, nous les twisteurs, les jerkeurs de l’époque des Yéyés ? c’est un anachronisme !
Gros plans sur les embrassades et les accolades tandis que le mérou continue de refroidir dans l’assiette….
Le décor est définitivement reconstitué : nous sommes à Kherreidine, sur l’avenue de Paris , sur les bancs des Lycées de Tunis , dans la cour des « grands », entre clichés affects et « mièvrerie » sentimentale…. Ce melting-pot n’a plus rien à voir avec les tenues étriquées des figurants, encore étrangers, lors de la première partie du film… Chacun « surjoue » et accompagne ses répliques de mimiques bien de chez nous… on danse, on chante, on sourit et on flotte : on est dans un bain de jouvence ….

L’heure tardive nous rattrape trop vite et c’est le grand moment des solennités.
Face à l’écran géant de notre nuit presque blanche, on se fait une toile : les souvenirs défilent sous nos yeux, mouillés par l’émotion ; un parterre d’inconditionnels de Carnot entourent les professeurs d’antan qui ont eu la gentillesse de se déplacer, Monsieur Guichané, Monsieur Sfez, Monsieur Attal, Monsieur Neveu ainsi que Marie- Germaine, fille de Monsieur Colas et Frédéric, fils des Castel.
Un énorme gâteau d’anniversaire pour les 15 ans d’existence de l’Association, soucieuse de la pérennité de leur « affectio societatis », fidèle à la mémoire d’une enfance heureuse en Tunisie, vient accompagner le générique de fin avec regret ; il est minuit et les au revoir s’éternisent …..
Et si on se donnait rendez-vous dans 5 ans !

NADINE TIBI

A mon amie d’enfance, Annie et son mari, ancien de Carnot, qui attendent avec impatience que leur « printemps » renaisse à la vie…..
Bonsoir Paris, lumineuse malgré ses pavés mouillés et ses embouteillages ! Mille mercis à Monsieur le Maire,Bertrand Delanoë, notre illustre compatriote. En homme généreux qu’il est, il nous a permis de rassembler une partie du Tout-Tunis des années 60 à 80 en une nuit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connect with Facebook