Le Ciel est par-dessus le toit de Gilbert NACCACHE

Préface de Gérard Haddad
« Les textes que l’on va lire, mélange de contes fantastiques, de nouvelles, de poèmes, sont pour la plupart des écrits de prison. Quand je les ai lus la première fois, j’ai immédiatement pensé à Primo Levi, le Levi des recueils « Lilith et du Fabricant de miroirs »…
Et puis ce qui m’a bouleversé par-dessus tout, dans ce recueil, c’est l’hymne à l’amour qu’il renferme et qui le sous-tend, comme le Cantique des Cantiques est sans doute l’âme de la Bible.
Du fond de sa prison, Naccache s’en prend à ce vers d’Aragon devenu ritournelle « Il n’y a pas d’amour heureux ». Pour lui, tout amour est forcément heureux par cette grâce merveilleuse d’avoir un jour existé. “Il suffit à un amour d’être, d’être partagé, de faire vibrer ensemble deux êtres, même pour peu de temps, de les avoir grandis un bref instant, et il a été un amour heureux. Tout ce qui est acquis à l’homme l’est pour toujours, simplement il faut se battre pour le renouveler.”
Pour avoir, de la nuit de sa prison, écrit ces mots inouïs de générosité, jamais lus, Gilbert Naccache mérite notre gratitude»
Editions Le Cerf (2005)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connect with Facebook