Extrait du livre de l’Instruction Publique paru en 1926

En 1880, le Cardinal Lavigerie fit élever, autour de la chapelle, de grands b‚timents dans lesquels il installa un collège qu’il appela collège Saint-Louis de Carthage.

Ce collège contenait plus de cinquante élèves pensionnaires au moment de l’occupation française en 1881. Il fut transporté à Tunis où il prit le nom de collège Saint-Charles.

Cet établissement ne devait pas tarder à perdre son caractère exclusivement religieux. Le Cardinal, pour maintenir le niveau des études, dut demander au Ministère de l’instruction publique des professeurs de l’Université. Le collège fut pourvu de professeurs laÔques payés par le gouvernement tunisien.

En novembre 1889, il a été cédé définitivement par le Cardinal au gouvernement tunisien. Son administration est devenue entièrement laÔque ainsi que ses professeurs.

Il prit alors le nom de Lycée Sadiki, car M. Massicault (…) avait décidé qu’un certain nombre d’élèves du collège Sadiki seraient transférés dans le nouveau lycée.

Il conserva ce nom jusqu’à sa réorganisation par le décret du 29 septembre 1893.

Au lendemain de la mort du Président Carnot, il fut décidé en Conseil des Ministres, que le lycée de Tunis prendrait le nom de Lycée Carnot.

Les élèves reçoivent au lycée l’enseignement secondaire conformément au plan d’études établi pour les lycées de la métropole.

L’enseignement est donné dans les cours secondaires par des professeurs agrégés pour la plupart ; dans les cours élémentaires et primaires, par des professeurs pourvus du certificat d’aptitude spécial ou du brevet supérieur et du certificat d’aptitude pédagogique.

Les répétiteurs sont pourvus de la licence du baccalauréat. Extrait du livre de la Direction Générale de l’Instruction Publique paru en 1926

 » En 1875, les pères missionnaires d’Afrique furent appelés en Tunisie en qualité de chapelains et de gardiens de la Chapelle Saint-Louis, que le gouvernement français avait fait construire en 1830, à Carthage, à l’endroit où l’on suppose que Saint-Louis est mort.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connect with Facebook