UN FILM DE KARIN ALBOU SUR TUNIS DANS LES ANNEES 40 !


Les allemands, à coup de tracts diffamatoires, tentent de monter les communautés l’une contre l’autre et soutiennent les musulmans contre « l’ennemi juif ». Khaled, contraint de travailler pour avoir le droit de se marier accepte de travailler pour la kommandantur…
Nombreux sont les films qui traitent de la seconde guerre mondiale, mais rares sont ceux dont l’action se situe dans un protectorat ; la propagande nazi y est très présente, et les répercussions sur les personnages, extrêmement fortes. La présence même des soldats allemands hante le film : silhouettes d’hommes, bruits de bottes, couvre-feux, explosions. Et pourtant, loin d’une grande fresque historique, Karin Albou choisit l’intimité des maisons et le point de vue féminin pour percevoir la guerre. Les fenêtres deviennent des postes d’observation où chacune se glisse le soir.

Mais la violence n’est pas que du côté allemand, et c’est en quoi le film ne tombe jamais dans les clichés ou la caricature. Le Hammam est un lieu de conflit entre juifs et musulmans, et les magasins participent à la séparation des communautés (l’« indigène » lancé à Nour dans la boutique de robes de mariage en est symbolique). L’image elle-même joue avec cette dureté ; le gris, le bleu glacé dominent.

Les deux jeunes femmes sont toutes deux frappées par cette dureté : elles sont sous le joug de leurs mères, enfermées dans un schéma social très traditionnel, et contraintes au mariage forcé. Nour est fiancée à Khaled, Myriam se voit contrainte d’épouser Raoul pour payer la forte taxe imposée aux juifs. La guerre fait tout pour les séparer : elles sont toujours collées l’une à l’autre au début du film, dans un mode fusionnel, avant de s’éviter jusqu’à faire semblant de ne plus se voir. A cela s’ajoutent les préoccupations liées à l’adolescence, les interrogations sur l’amour, la découverte de la sensualité, et l’angoisse de ces hommes qu’on leur fait éviter soigneusement depuis leur plus tendre enfance.

Tous ces thèmes mêlés avec retenue et finesse font de ce film un objet magnifique. Bizarrement, on a l’impression de redécouvrir la période. Aux antipodes du déjà-vu, Karin Albou cultive l’ambiguïté de personnages dont aucun n’est parfait, et brosse un joli portrait de ces femmes, enfermées dans une société aux accents féodaux.

Heloïse Vandesmet Toullec www.dvdrama.com/
« Le chant des mariés » : Tunis, 1942. Nour et Myriam sont amies depuis leur enfance et vivent à deux pas l’une de chez l’autre. Pourtant elles n’appartiennent pas à la même communauté : Nour est musulmane, Myriam est juive, et n’ont pas la même vie (Myriam va à l’école tandis que Nour aide à la maison). Chacune rêve secrètement de la vie de l’autre : Myriam envie les fiançailles de son amie avec Khaled, Nour aimerait apprendre à lire. En 1942, lorsque l’armée allemande pénètre dans Tunis, l’amitié des jeunes filles s’érode petit à petit.
(film en salles à partir de mercredi 17 décembre)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connect with Facebook