NADINE EN CROISIERE (avec Carnot)


Nadine chanteuse

Remo pianiste sur ce bel instrument (il n’a pas pu y jouer très longtemps… et leurs groupies, Lina, Martine et Bernard)

MSC MUSICA porte bien son nom ; ici, tout n’est que musique dans une ambiance art déco raffinée, presque irréelle au regard de cet horizon sans limite « bleu de Prusse » , envoûtant qui l’entoure ; l’écume ourle doucement le navire et dans le silence de la nuit, presque inquiétant, quelques vagues viennent heurter doucement la coque ; nous sommes en pleine mer ; impossible de fermer l’œil ! je suis surexcitée par cette atmosphère de fête loin de la terre ferme.

Après GENES qui, visiblement ne m’a pas marquée, deuxième escale sous le soleil ardent de NAPLES. La bande à CARNOT s’engouffre dans les ruelles étroites où déboulent de partout des scooters nerveux montés pas des drôles de mamas ; du linge d’un blanc douteux sèche entre les immeubles tandis qu’un panier suspendu à une corde descend d’un balcon pour recueillir les courses chez l’épicier du coin ; on s’interpelle …. SOPHIA, ROSSANA, MARCELLO , où êtes-vous passés ? si NAPLES reste populaire avec ses contrastes entre la couleur de son accent et la grisaille de ses quartiers sordides, elle n’en demeure pas moins fascinante en raison de la richesse de ses œuvres historiques et de ses monuments ; les ruines de POMPEI sont de plus en plus en ruines et CAPRI, ce n’est pas fini car j’y retournerai un jour…

PALERME, extraordinaire centre d’art, de culture et de tradition, est notre 3è escale ; des Calèches menées par des chevaux plutôt mafieux nous promènent en ville : nous nous sentons libres et sans retenue dans ce pays qui évoque la TUNISIE ; O Sole moi, DALIDIA, la PICCOLA SICILIA ; un petit tour en chantant dans les avenues jonchées de bougainvilliers et lauriers blancs, à la recherche obsessionnelle de poissons grillés inexistants malgré l’abondance de la pêche en ce lieu. Une courte et fraîche baignade dans la « riviera » et nous voilà repartis vers le bateau, les uns, agités, accélérant le pas, les autres, à la traîne, nonchalants…
Le rythme est infernal et seul le moment passé devant mon miroir pour les soirées de gala ressemble à de l’accalmie.

Notre île flottante n’est pas déserte ; 3500 personnes environ fourmillent sans cesse, jouissant de tout et jaillissant de partout, infatigablement….. qu’elle est loin, ma terre ; parfois, j’ai envie de m’enfuir mais je suis prisonnière ; où sont passés mes vingt ans ! paradoxalement, je deviens bohême et comme Charles, j’attends la gloire : je n’ai pas besoin de chantage, je chante pour eux et je m’en donne à cœur joie entre le blues et Edith Piaf.

Si aimer , c’est s’enrichir en donnant, alors je suis infiniment riche et mon ami, GIGI L’amoroso, beau cœur d’amour, œil de velours, alias Michel HAYOUN, n’est pas en reste. MSC MUSICA nous a ouvert les portes de la Comedia del arte et nous nous sommes déchaînés sur les années sixties, « dégainés » par notre guitariste favori; nous nous sommes réjouis de soirées en l’honneur de notre « vaillant » et séduisant commandant et de jam-session en toute intimité entre le piano de signore GASTONE et le bel ALFREDO.

Petite pause orientale au hammam aux senteurs de rose et de jasmin qui amorce notre retour aux sources du passé : la GOULETTE nous accueille à l’aube du 5ème jour pour un pèlerinage rapide au Lycée CARNOT, reçus par le nouveau proviseur autour d’un buffet couleur locale (xxxxxxDans la cour du lycée Remo BALDASSERONI. Avec son épouse, il a embarqué à l’escale de Naples pour nous retrouverxxxxxx) L’émotion est à son comble lorsque Maître Ahmed BEN MANSOUR évoque son passage quelque peu tourmenté au Lycée ;
(photo René ASSOUS)

Mais le parfum au goût mi suave, mi amer du thé aux pignons et la citronnade aux amandes de l’ex SIDI-CHAABANE immortalisé à présent en CAFE DES DELICES, viennent nous sortir de la douce torpeur de ce matin un peu brutal pour retrouver les collines de SIDI BOU. 4 heures, c’est trop court….

On embarque de nouveau vers PALMA la plus grande des îles Baléares ; escale de charme, de sérénité, de recueillement face à l’immense Cathédrale « terre de sienne », pause shopping et surtout, poissons grillés la nuit tombante, enfin dévorés……

BARCELONE, l’enivrante entre mer et montagne ; un pied dans la tradition et l’autre dans l’avant-garde ; éclatante de bruits et de vie ; nous filons allègrement dans Las Ramblas, artère palpitante de la ville sous un ciel menaçant ; les maisons de GAUDI cohabitent avec l’architecture gothique sans oublier l’extraordinaire Cathédrale SAGRADA FAMILIA, stalactites et stalagmites se dressant entre les donjons, qui ressemble de loin aux châteaux de sable dégoulinants de notre enfance.

Ultime étape à MARSEILLE où nous nous séparons, sur la pointe des pieds , comme pour ne pas se réveiller de ce beau rêve ; la terrienne que je suis continue de tanguer ; je quitte avec regret les copains qui, une fois de plus, ont prouvé qu’ils restent d’éternels adolescents….. ON THE ROAD AGAIN ET ARRIVEDERCI.

Nadine TIBI
Le géant des mers est au Port de MARSEILLE, éblouissant, suprêmement majestueux, incontournable. Il nous attend pour une croisière en Méditerranée…. Nous, les anciens de CARNOT et d’ailleurs pour 7 jours d’escapades vers GENES, NAPLES, PALERME, TUNIS, PALMA et BARCELONE pour un plein d’amitié, de délires, de fous rires dans un tourbillon de découvertes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connect with Facebook