Le Palmarium


A l’automne 1902, les travaux de « l’ensemble municipal » s’achèvent.
A côté du Tunisia-Palace, premier grand hôtel d’Afrique du Nord et véritable joyau architectural,


le Théâtre municipal, le Palmarium et le Café du Casino ouvrent leur portes.

Maître d’ouvrage de l’ensemble longeant à la fois l’avenue Jules Ferry (actuelle avenue Habib Bourguiba) et l’avenue de Carthage, un architecte au nom lumineux : Resplandy. (ces 4 cartes postales sont tirées du site http://michel.megnin.free.fr/vt_rues.htm)
Ce siècle nouveau cherchait un style et il trouva l’art nouveau, tout en courbes, en volutes, en motifs végétaux et en clins d’œil à l’architecture arabe. Resplandy s’en inspire pour dessiner l’ensemble municipal.
Le Palmarium est d’abord un jardin de palmiers d’où son nom d’ailleurs : « A l’ouverture officielle du Municipal, le gratin franchit, à l’entracte, les portes du foyer d’alors, et pénétra émerveillé dans un jardin d’hiver qui était la reproduction d’une douce oasis de carte postale. Il y avait du sable, des ruisseaux (…) et surtout des palmiers authentiques qui sortaient de terre et respiraient un Sahara apprivoisé » ( Pierre Legrand, 1951).
Vers 1907, le Palmarium se transforme en music-hall sur la scène duquel se produit Maurice Chevalier, Georgel, Mistinguet ainsi qu’une longue file d’acrobates, de comiques et de magiciens.
En 1914, la guerre en fait un dispensaire militaire.
Il ouvre à nouveau ses portes en 1920 gardant sa fonction de music-hall et attirant jusqu’en 1933 les ballets russes, des opérettes, Lucienne Boyer et Charles Trénet.
Mais en ce début des années 30, le cinéma fascine et connaît une popularité croissante. Le music-hall lui cède la place. C’est ainsi qu’en 1933, l’architecte Piollenc le transforme portant un coup à l’unité du monument de Resplandy.
La seconde guerre mondiale réserve au Palmarium un sort tragique : une bombe tombe au beau milieu de la salle le 2 mars 1943.
Rénové, la mythique salle de cinéma renaît de ses cendres, le 5 février 1951.

L’une des nouvelles annexes de ce troisième Palmarium sera la salle des fêtes qui deviendra après l’indépendance la galerie Yahia, fameuse par son parquet en bois.
Dès 1972 Le Palmarium accueille les Journées Cinématographiques de Carthage.
Le Palmarium referme ses portes définitivement en 1976.
La possible démolition de l’ensemble municipal soulève une vive polémique, « Faut-il le transformer complètement ou le rénover ? »
Le débat a duré longtemps. N’est-ce pas normal pour un tel lieu de mémoire de provoquer les élans du cœur et de la passion ? Cette polémique a permis de sauvegarder le Théâtre Municipal, classé depuis Monument historique.
Aujourd’hui sur ces lieux s’élèvent un centre commercial appelé « Palmarium ».
(Lina Hayoun)La vie et les diverses transformations du Palmarium épousent étroitement l’histoire de Tunis. Le Palmarium commence par être un jardin d’hiver …..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connect with Facebook